Notre Forum
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» Mes tubages de novembre
Hier à 17:35 par Melgibson

» Mes créations de novembre
Hier à 13:14 par Melgibson

» Bonjour -Bonsoir
Hier à 10:16 par Ives

» Mes masques de novembre
Mer 1 Nov - 10:54 par Melgibson

» Mes créations de octobre
Mar 31 Oct - 14:13 par Melgibson

» Templates hivers
Lun 30 Oct - 20:52 par Melgibson

» Mes tubages de octobre
Jeu 26 Oct - 16:39 par Melgibson

» Mes masques personnel pour vous
Mer 25 Oct - 18:30 par Melgibson

» Tubes pour Halloween
Mar 24 Oct - 18:01 par Melgibson

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


7 novembre 2014

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Jeu 6 Nov - 22:14

François Hollande : pourquoi vous ne l'aimez (vraiment) pas
Comment le président de la République s'est-il retrouvé dans un tel gouffre ? Explications en 5 motifs de rejet et en vidéo. Lire
 
 
Hollande veut rebondir sur TF1
 
 
"Joueur africain" : Sagnol s'excuse, mais contre-attaque
L'entraîneur de Bordeaux a présenté ses excuses pour ses déclarations sur le "joueur typique africain". Lire



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 9:43




avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 11:38

"Qu'ils cassent les biens de l'État, pas ma voiture"


BELGIQUE  Abdeslam n'en revient pas : il a assisté impuissant, depuis le trottoir, à l'incendie de sa voiture par "une trentaine d'hommes cagoulés"
EN IMAGES - Manifestation nationale à Bruxelles
Manifestation: 2 policiers grièvement blessés, Kris Peeters chargé de renouer le dialogue social (Photos et Vidéos)
Manifestation nationale: les réactions patronales et des entreprises !

Lawarée: "Il faut cibler au mercato"


FOOTBALL  Conseiller sportif de Roland Duchâtelet, Axel Lawarée pense déjà au futur...
Kawaya, l'humilité incarnée
Mpoku: "On ne méritait pas de perdre"
Praet, le futur n°10 des Diables
 

Facebook lutte contre Ebola


MONDE  Le réseau social vous propose de faire un don pour la lutte contre la maladie qui fait des ravage...



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 12:25

Une manifestation historique

Le Vif
07/11/2014 à 11:12
Source: Belga

La manifestation nationale organisée par le front commun syndical jeudi à Bruxelles contre la politique du nouveau gouvernement fédéral a réuni de 100.000 à 130.000 personnes, selon les chiffres des syndicats et de la police.








  • réactions(2)








© Belga

Annoncée le 15 octobre, au lendemain de la déclaration de politique générale du gouvernement fédéral, la manifestation nationale a pris le départ de la gare de Bruxelles-Nord jeudi vers midi. Les affiliés aux syndicats FGTB, CSC et CGSLB, des écologistes, des représentants du monde culturel ainsi que des militants du PS et des partis de gauche radicale avaient répondu présents. Les coupes claires qui seront effectuées dans le budget de l'Etat fédéral lors des cinq prochaines années, le saut d'index et la réforme du système des pensions figurent parmi les principaux griefs des manifestants.

© Belga

De 100.000 à 130.000 personnes

Le cortège s'est élancé vers le quai de Willebroek avant d'obliquer vers la petite ceinture et de rejoindre les boulevards du centre. La manifestation, qui a réuni de 100.000 à 130.000 personnes selon les sources, prenait fin devant la gare de Bruxelles-Midi. Les dirigeants des principaux syndicaux ont alors pris la parole devant la foule pour se féliciter du succès de l'action mais également pour lancer un avertissement au gouvernement fédéral.
"Le gouvernement et les patrons ne pourront rester sourds à cette mobilisation", a lancé Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB. Il a réitéré son rejet de l'accord de gouvernement, qualifié de "profondément injuste". "On prend l'argent de la collectivité pour le glisser dans la poche des actionnaires", s'est-il insurgé. "Félicitations aux 120.000 verts, rouges et bleus venus de tout le pays malgré les intimidations des patrons", a lancé pour sa part Jan Vercamst, président de la CGSLB.
Du côté de la CSC, la secrétaire générale Marie-Hélène Ska a également remercié les participants et notamment ceux qui n'ont pas l'habitude de manifester. "Vous êtes nombreux à vouloir le changement. C'était d'ailleurs l'un des slogans-phare de la campagne électorale. Mais de quel changement parlent-ils? Saut d'index, gel des salaires, recul de l'âge légal de la pension, la fin du crédit temps non justifié qui va pénaliser les femmes", a-t-elle énuméré. "De qui se moque-t-on? Il faut oser investir dans les services publics, dans une justice capable d'assurer ses missions, dans la culture.

Manifestation nationale ce jeudi 6 novembre 2014. © Belga

Faire oeuvre de pédagogie, pour "expliquer" la nécessité des réformes

Plus tôt dans l'après-midi, le chef du gouvernement Charles Michel a répété à la Chambre le souci de placer la concertation sociale au centre de l'action politique de son équipe, visant à créer plus d'emplois et préserver la protection sociale. Il a dit entendre la "colère" de la rue, les "doutes" et s'est dit prêt à faire oeuvre de pédagogie, à "expliquer" la nécessité des réformes. Le Premier ministre a présenté une feuille de route aux syndicats qui doit créer des espaces de concertation.

© Belga

Dans son discours tenu à la gare du Midi, Marc Goblet avait indiqué que la suppression du saut d'index et le respect de la liberté de négociation, des garanties pour une sécurité sociale viable, l'établissement d'un plan de relance et l'instauration d'une fiscalité juste constituaient les conditions préalables d'une reprise du dialogue social.

Incidents en fin de parcours

La manifestation a été marquée par des incidents en fin de parcours, entre la Porte de Hal et la gare du Midi. Un noyau dur de plusieurs centaines de manifestants, des métallos, dockers anversois et militants anarchistes selon les organisateurs de la manifestation, ont affronté les forces de l'ordre. Les échauffourées ont fait plusieurs blessés et des dégâts matériels conséquents. Plusieurs voitures ont été incendiées ou fortement endommagées pendant les faits. La police a dû charger la foule et utiliser des autopompes et du gaz lacrymogène pour disperser les fauteurs de troubles.

© Belga

Grèves tournantes


Une série de grèves tournantes commencera à partir du 24 novembre jusqu'au 8 décembre, avant la grève nationale du 15 décembre. Si aucun progrès n'est réalisé d'ici là, Marc Goblet a averti qu'un nouveau plan d'actions sera lancé dès le 5 janvier.



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 12:25

"Michel Ier n'en fait pas assez"

Pierre Havaux
07/11/2014 à 06:57 - Mis à jour à 07:05
Source: Le Vif

Karel Van Eetvelt, le patron des patrons des puissantes classes moyennes flamandes, l'Unizo, juge les réformes engagées par la coalition suédoise encore trop timides. Et dénonce la manoeuvre syndicale de déstabilisation du gouvernement.








  • réactions(9)








Karel Van Eetvelt, CEO de l'Unizo © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Le Vif/L'Express : Les gens craignent pour leur portefeuille, la colère gronde, la rue s'échauffe. A tort ou à raison ?
Karel Van Eetvelt : Je comprends que l'inquiétude des gens cherche une voie pour s'exprimer. Que les syndicats informent, qu'ils organisent des manifestations, pas de problème. L'Unizo aussi a déjà organisé des actions pour défendre les intérêts des indépendants et des entrepreneurs. Mais ici, je ne comprends pas la manière. Il s'agit de manifestations politiques ou de mouvements de grève qui visent à faire chanter les entrepreneurs, afin qu'ils fassent à leur tour pression sur le gouvernement pour qu'il recule sur ses décisions. Quand je vois la différence entre la manière dont la N-VA menait l'opposition au gouvernement Di Rupo et la façon dont le PS et le CDH s'en prennent à la coalition suédoise : ici, quelle violence dans les propos ! Je dis : danger ! Gare à la fracture entre le nord et le sud du pays.
La Flandre serait-elle plus raisonnable ?
Au nord du pays, les gens sont aussi inquiets et mécontents. Mais ils sont conscients de la nécessité de faire un effort, qu'il faudra travailler un peu plus pour améliorer le bien-être ; 30% des électeurs flamands ont voté pour la N-VA et son programme qui était pourtant dénoncé comme asocial. Ces électeurs savaient donc ce qu'ils voulaient, et ils veulent effectivement s'en sortir.
A l'inverse des Wallons ?
J'ai l'impression qu'ils ne sont pas informés de la même manière. Nous vivons dans un beau pays, vraiment très social, très socialiste même. Mais il faut en sortir pour s'en rendre compte. J'espère que nous préserverons aussi ce modèle social pour nos enfants. Mais cela a un prix.
Exorbitant, aux yeux de certains...
Allons donc ! Les changements annoncés sont vraiment modérés. Les syndicats, relayés par certains médias, essaient de dramatiser les choses. Est-il nécessaire de prendre des mesures ? Oui, bien sûr. Il est d'ailleurs déjà trop tard, il y a quinze ans qu'il aurait fallu commencer à bouger.
Ce gouvernement n'en ferait-il pas assez ?
Il agit au maximum de ce qu'il peut faire, compte tenu des circonstances. Il tente d'ouvrir la voie à des réformes structurelles. Mais ce n'est effectivement pas assez.
Parler de gouvernement d'ultra-droite, c'est une foutaise de gauche ?
Comparez le programme de la coalition suédoise à la politique de Margaret Thatcher dans les années 1980, et vous verrez la différence ! Dois-je supposer qu'avant Michel Ier, c'était de l'ultra-gauche au pouvoir ?



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 12:26

Les syndicats devraient aussi regarder au gouvernement Wallon

Stagiaire Le Vif
07/11/2014 à 10:32

Pierre-Yves Jeholet, chef de groupe MR à la Région wallonne s'étonne que les syndicats prennent pour cible le gouvernement fédéral sans s'intéresser à l'exécutif Wallon, alors que celui-ci prend aussi des mesures qui vont faire mal aux citoyens.








  • réactions(5)








Pierre-Yves Jeholet en séance plénière au parlement Wallon © BELGA

Dans une interview accordée à La Libre, Pierre-Yves Jeholet revient sur le "silence radio" de Paul Magnette, et ce alors que de nombreux dossiers son sur la table, la sixième réforme de l'État en tête. Il critique également le manque de communication sur le budget (toujours aucun chiffre), les allocations familiales, l'emploi et le logement, et s'étonne de voir qu'à côté de ces matières on parle de "taxer les canettes" et qu'on envisage de "mettre plus de radars sur les routes".
Il attaque également Paul Furlan et la volonté de ce dernier de réformer les critères d'attribution de logements sociaux. Pour lui, c'est le retour du "clientélisme", et une preuve d'"amateurisme".
Il critique dès lors les syndicats, qui manifestent contre les mesures "nécessaires" du gouvernement fédéral, en épargnant le gouvernement wallon. Il estime qu'il est temps que "les mentalités changent" en Wallonie, les syndicats étant trop "scotchés" au PS et au CDH.
Il appuie ses propos avec une série d'exemples, allant d'un taux de chômage élevé, surtout chez les jeunes, à une dette qui ne cesse d'augmenter, en passant par la baisse des exportations wallonnes et le report d'investissements importants.
Enfin, en réponse à Benoit Lutgen et Joëlle Milquet qui invitaient le MR à discuter avec les autres partis francophones de matières fédérales, Pierre-Yves Jeholet leur lance également une invitation : "S'ils ne sont pas capables de gérer et de redresser la Wallonie, nous voulons bien participer à des réunions."



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 12:27

"Les syndicats veulent que nous copiions la France, mais ce pays est dans une situation infiniment pire"

Le Vif
07/11/2014 à 10:07
Source: Belga

"Les syndicats n'ont aucune alternative: ils veulent que nous copiions la France, mais ce pays est dans une situation infiniment pire" que la nôtre, a déclaré jeudi soir, à la télévision publique néerlandaise, le président de la N-VA Bart De Wever en réaction à la manifestation nationale qui s'est tenue plus tôt jeudi. Il a également défendu la politique de la ville d'Anvers en matière de racisme et de lutte contre les Belges partant se battre en Syrie.








  • réactions(7)








Bart De Wever © BELGA

"Notre pays a une importante organisation syndicale qui est forte pour mobiliser", reconnaît le bourgmestre d'Anvers. "Mais il n'y a pas d'alternative à notre politique. Nous devons maintenant persévérer et créer des perspectives pour les gens. D'autres pays qui nous ont précédés sont aussi passés par ces moments difficiles."
Interrogé par le journaliste néerlandais sur l'absence dans sa politique menée à Anvers de la moindre proposition pour mieux intégrer dans la société les membres de la communauté musulmane et les jeunes allochtones et, de cette manière, prévenir le radicalisme, Bart De Wever a répliqué que "nulle part ailleurs, les gens ne reçoivent autant d'opportunités que chez nous" et a rappelé que c'était son parti qui avait plus ou moins inventé le parcours d'intégration. "Qu'il y ait davantage de signalements de racisme et de discriminations est simplement dû au fait que nous y sommes toujours plus sensibles", a-t-il ajouté, espérant qu'un changement de mentalité se produise parmi les employeurs et les propriétaires de biens immobiliers.
Enfin, le président des nationalistes a estimé que "ce n'était pas la faute de la société" si des personnes se radicalisaient à la suite de frustrations éprouvées en Belgique et qu'il s'agissait là d'un choix individuel.



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Ives le Ven 7 Nov - 12:27

D'Onofrio : " Si je peux encore aider Liège, je le ferai "

François Brabant
07/11/2014 à 10:20 - Mis à jour à 10:21
Source: Le Vif/L'Express

Parti de rien, il a été l'agent de joueurs le plus puissant du foot européen. Depuis lors, il multiplie les aller-retour entre l'ombre et la lumière. Ancré dans son fief liégeois, il rayonne dans le monde entier. Notre enquête sur un homme influent, l'un des plus secrets du royaume.













Lucien D'Onofrio en 2010. © Belga

En cinquante-neuf ans d'une existence plus tumultueuse que bien des personnages de roman, Lucien D'Onofrio a tout connu : le luxe, la volupté, le calme parfois, les ovations, la déférence, les trahisons, la mort d'un frère, les délires du foot-business, l'effondrement de la classe ouvrière, les morsures de l'argent, les foudres de la justice... Il y a en lui du Rastignac, du Corto Maltese, du Crassus et du Crésus, et du Calimero, aussi. Mais sa biographie reste à écrire. Et si un auteur téméraire s'y attelle, il ira au-devant de mille difficultés. Car la vie du plus célèbre des ex-agents de joueurs de football est comme la dentelle de Bruges : remplie de trous. Sur ces zones d'ombre, sur ces ellipses, il flotte un brouillard que l'intéressé n'a manifestement aucune envie de dissiper. Lui qui a horreur de s'étendre sur ses faits et gestes devra pourtant s'expliquer, selon toute vraisemblance. Inculpé pour divers chefs de fraude fiscale et de blanchiment d'argent dans le cadre de sa gestion passée du Standard, Lucien D'Onofrio fait l'objet d'un renvoi devant le tribunal correctionnel de Liège, au même titre qu'une trentaine d'autres personnes. "Le procès devrait se tenir dans un avenir relativement proche, d'ici quelques mois", confirme-t-on du côté de la justice liégeoise.
Lui, il reste le plus discret possible. Pas d'interview à la presse. Mais une phrase, qu'il nous a lâchée lors de l'enquête que Le Vif/L'Express de cette semaine lui consacre : "Si je peux aider Liège, je le ferai, dans la mesure de mes possibilités", répond-il. Avant de préciser : "Cette phrase-là, vous pouvez l'écrire." Quelques minutes plus tard, il se ravise. "Notez plutôt : si je peux encore aider Liège, je le ferai. Car j'ai déjà aidé Liège."
Quel est la signification exacte de son propos ? Vise-t-il des investissements dans l'immobilier, de grands projets dans le secteur Horeca ? Rêve-t-il d'un retour à la tête du Standard, au cas où l'actuel président, le si contesté Roland Duchâtelet, lâcherait prise ? Ambitionne-t-il secrètement de transformer le club de Seraing, aujourd'hui en Division 2 et dirigé par l'un de ses amis, en un blockbuster du foot belge ? Vise-t-il plutôt un rôle d'intermédiaire informel au service des décideurs publics liégeois, grâce à ses multiples contacts sur les cinq continents ? Songe-t-il à investir une partie de sa fortune dans l'industrie locale ? Ou cherche-t-il à polir son image, alors que ses ennuis judiciaires s'amoncellent ?



avatar
Ives
Admin

Messages : 3545
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 67
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: 7 novembre 2014

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum